Mise au point

Le 25 avril 2018, à Paris, s’est tenue, devant l’ambassade d’Arménie, une manifestation de soutien pour une Arménie libérée de ses chaînes où règne la justice

Le compte rendu de la manifestation qui s’est tenue le 25 avril 2018, à Paris, ayant pour titre « Des organisations arméniennes de la mouvance hentchag réclament la démission de Mourad Papazian du CCAF » et qui se trouve aujourd’hui au Top 10 du site en ligne Armenews relève des « fake news », et par son titre et largement par son contenu.

Il demande, par conséquent, une sérieuse mise au point. Cette mise au point sera brève. À l’appel de Renaissance arménienne, et d’Infos Arménie auquel d’autres mouvances se sont jointes comme le Comité de soutien aux prisonniers politiques en Arménie, le Groupe des Cent, Charjoum, etc. un rassemblement de protestation devant l’Ambassade d’Arménie, rue Viète, s’est tenu le 25 avril dernier.

Le rassemblement avait pour but de soutenir le grand soulèvement populaire initié par Nikol Pachinian, d’exiger avec lui le départ des membres du Parti républicain, pour délivrer l’Arménie de l’emprise d’une clique politique corrompue qui maintient le pays sous une chape de plomb.

Elle n’avait en aucun cas pour objectif de servir de tremplin à la mouvance hentchag que l’on voyait pour la première fois dans ce type de rassemblements lesquels ont été pourtant nombreux ces dernières années en soutien aux mouvements de résistance qui en Arménie luttent contre un système d’oppression.

Si nous souhaitons que le mouvement qui soulève aujourd’hui l’Arménie sorte victorieux, nous espérons bien entendu aussi que ce mouvement soit celui du peuple arménien tout entier, en Arménie comme en diaspora. Mais si nous souhaitons que la diaspora sorte de sa torpeur et commence son auto-analyse comme son autocritique, ni la démission de Mourad Papazian du CCAF, ni les questions organisationnelles de cette structure, ne sont pour nous à l’ordre du jour. Nous ne sommes guère, faut-il le préciser, dans les mouvances hentchags, dachnags ou ramgavar, et notre objectif n’est sûrement pas de créer des polémiques politiciennes inutiles. Nous pensons que le soutien unitaire et persévérant de la diaspora est indispensable à la réussite de cette révolution pacifique d’une ampleur inédite, nécessaire à la survie de l’Arménie, mais aussi exemplaire à l’échelle du monde selon des observateurs internationaux.

L’ordre du jour pour l’ensemble des manifestants était hier, et reste aujourd’hui, le soutien jusqu’à la victoire d’un mouvement populaire en Arménie, et cela passe en premier lieu par le départ des membres du Parti républicain d’Arménie, et la nomination de Nikol Pachinian au poste de premier ministre.

Renaissance arménienne Paris
Groupe des Cent Coopération Arménie
Comité de soutien aux prisonniers politiques en Arménie (CSPPA)

Paris, le 27 avril 2018