ARTSAKH

De 7 à 16 Azéris tués lors de l’attaque des commandos Azéris près d’Agna et Mardouni hier.

Les Arméniens n’ont aucune perte

Hier à 3 h et 4 h du matin des commandos de l’Azerbaïdjan avaient tenté de pénétrer sur les positions arméniennes à Agna (ex-Aghdam) et Mardouni en Artsakh (Haut-Karabagh). Les unités frontalières de l’Armée arménienne détectant très vite grâce aux jumelles à infrarouge l’agression azérie, ont fait feu lorsque les militaires Azéris étaient déjà dans le « no man’s land » frontalier. Selon « Razminfo.am » le site arménien généralement bien informé, entre 7 et 16 militaires Azéris furent tués lors de ces deux attaques repoussées par les Arméniens. Des Azéris qui compteraient également des blessés. 5 corps de soldats Azéris tués étaient photographiés par les unités arméniennes frontalières. Parmi militaires tués figureraient le major Abdoulayev un responsable des services d’infiltration, le lieutenant-chef Ashimli Shakhlar.

 Հակառակորդի դիվերսիոն խմբի ոչնչացումը Մարտունու ուղղությամբ

Les Arméniens ont filmé l’agression azérie la nuit du 25 février près Agna (ex-Agdam) et Mardouni en Artsakh (Haut-Karabagh)

Le ministère arménien de la Défense de l’Artsakh a informé que les Arméniens n’ont aucune victime, ni blessés. « L’Azerbaïdjan porte la responsabilité de cette agression et de ses conséquences » écrit Ardzroun Hovhannissian le porte-parole du ministère arménien de la Défense sur son site Facebook en publiant également les images de la tentative d’agression azérie…alors que les médias de l’Azerbaïdjan évoquent une agression arménienne… Hier vers 13h30 les sites azéris évoquaient la tension à la frontière entre l’Azerbaïdjan et l’Artsakh. Des villages azéris frontaliers, près d’Agna (ex-Aghdam) ayant -affirmaient-ils- été vidés en prévention de « l’agression arménienne ». Histoire de désinformer alors que Bakou a pris le risque d’agresser le territoire arménien. L’Arménie a informé le groupe de Minsk de l’OSCE avec documents photographiques à l’appui, sur cette agression de l’Azerbaïdjan. Hier soir, les forces arméniennes maitrisaient la situation tout au long de la frontière.

Krikor Amirzayan